UNIVERSITATS PELS DRETS CIVILS I LA DEMOCRÀCIA


Manifeste Universitaire en Défense des Droits Civils en Catalogne

Tout en citant la déclaration L'enseignement supérieur pour une culture démocratique : Citoyenneté, droits de l'homme et responsabilité citoyenne, du Conseil de l'Europe (Strasbourg 2006):

« Nous affirmons notre attachement aux principes et la pratique démocratique.

Nous acceptons notre responsabilité de sauvegarder la démocratie et de promouvoir une culture démocratique en défendant les principes suivants, dans l'enseignement supérieur comme dans la société dans son ensemble:

  • Structures, processus et pratiques démocratiques et responsables
  • Citoyenneté démocratique active
  • Droits de l'homme, respect mutuel et justice sociale
  • Développement durable de l'environnement et de la société
  • Dialogue et règlement pacifique des conflits »,

Nous, la Communauté académique, nous pensons que la violation constante des droits civils en Catalogne menace les fondations de la démocratie dans ce pays. Les signes d'un recul démocratique, telle la violence exercée le 1er octobre sur les citoyens pacifiques voulant voter, sont de plus en plus évidents. Plusieurs actions du Pouvoir judiciaire et du Gouvernement espagnols, telles que l'emprisonnement et la persécution d'activistes sociaux et de membres du Parlement et du Gouvernement catalans élus démocratiquement, mettent en péril la séparation des pouvoirs, qui est un des piliers sur lesquels est bâti l'État de droit.

La démocratie est fondée sur la reconnaissance et la défense de certains droits de base inaliénables, parmi eux le droit à exprimer en public la dissidence. La judicialisation de la politique, la violence et la répression ont été la réponse de l'État espagnol aux demandes des Catalans, au lieu du dialogue nécessaire pour n'importe quelle négotiation. Nous assistons ainsi à un ensemble d'actions des pouvoirs institutionnels de l'État espagnol qui sont impropres d'un État démocratique de droit et qui violent des principes fondamentaux du droit international.

Compte tenu de la gravité de cette situation, le silence de la Communauté académique n'est pas une option. Pour ces raisons, nous déclarons :

  • Qu'il est indispensable de rétablir la sécurité juridique et qu'il est inacceptable que les décisions des pouvoirs publics soient arbitraires.
  • Qu'il est essentiel que les droits fondamentaux d'expression, de réunion, de manifestation et de participation politique soient respectés.
  • Que la sauvegarde du droit et des libertés n'est possible qu'en rétablissant les usages démocratiques et en réglant politiquement les problèmes politiques.